Le Mayero avance tranquillement au près bon plein à 4 nœuds par petite brise et belle mer . Les nouvelles voiles donnent… Nous avons quitté notre mouillage de Skiatos la bruyante il y a quelques heures et nous glissons agréablement vers un petit port tranquille et accueillant. Il n’a qu’un seul défaut:la houle de sud ouest brasse les voiliers durement quand elle est forte. Mais la météo semble bonne pour les jours à venir. C’est tant mieux car nous comptons y rester quelques temps. C’est la 3ème fois que nous touchons cet abri et nos souvenirs ne sont pas trahis Pour en arriver là, nous avons passé le fameux pont de Chalchis sans quelques appréhensions : une queue d’orage a fait des siennes peu avant l’ouverture et a levé une méchante mer juste avant de franchir cet étroit goulet où les courants peuvent atteindre plus de 6 nœuds. La remontée du nord de l’île d’Eubée s’est déroulée sans histoire. La découverte du minuscule port de Limni avec son village plein de charme enserré dans la forêt de pins n’offre pas beaucoup de place ni d’espace pour manœuvrer mais nous avons la chance qu’il n’y ait que deux voiliers et d’être aidés par des mains secourables pour faire virer bout pour bout le Mayero . Belles randos en bord de littoral avec des couleurs camaïeux et changeantes tout au long de la journée… Le nord d’Eubée est très boisé et c’est un plaisir de naviguer le long des côtes même si le courant assez fort nous oblige souvent à choisir une route assez éloignée du rivage. A Oréi, nous préférons le quai où se sont regroupés les sardiniers. Même s’ils reviennent en pleine nuit , les équipages égyptiens avec lesquels nous avons fraternisé sont discrets à leur retour. Nous évitons les dignes représentants du port police, qui s’avéreront tatillons pour d’autres équipages… Il y a beaucoup de cours d’eau qui descendent de la montagne et en dehors du croassement incessant des grenouilles invisibles nous avons la chance d’apercevoir quelques tortues d’eau. Espérons que les nouvelles constructions en bord de mer ne détruiront pas complètement ce biotope très riche …

La recette du jour
Les betteraves rouges à la skordalia.” (photo suit…)
Nous ne cuisons pas les betteraves à bord (40 mn en cocotte minute c’est trop, même si les petites betteraves nouvelles avec leurs feuilles nous font bien envie) . Nous en trouvons sous vide de bonne qualité. Nous les coupons en fines tranches que nous disposons artistiquement autour de l’assiette ! Un peu de poivre, un filet de vinaigre balsamique, un autre d’huile d’olive . Le tour est joué en ce qui concerne les betteraves. Pour la skordalia : cuire des pommes de terre en morceaux dans ¼ d’eau de mer et ¾ d’eau douce 10 mn environ à la cocotte minute. Après les avoir égouttées, les écraser à la fourchette en ajoutant un peu d’eau de cuisson et de l’huile d’olive pour qu’elle soient onctueuses. Poivrer et bien mélanger avec une demi tête d’ail épluchée et pressée pour environ 3-4 grosses pommes de terre. Servir tiède cette purée en la disposant au centre de chaque assiette. C’est un délice.”