Le petit port de Poli a été refait il y a peu… Il est maintenant protégé de tous vents. Nous pouvons essayer « la nouvelle »ancre arrière. La Britany ne vaut pas la Fob et le vent traversier qui nous fait un peu déraper, nous oblige à changer la méthode. Il n’y a pas trop de voiliers quand nous pointons notre étrave, si bien que nous pouvons tenter le mouillage par l’avant. C’est compliqué mais cela marche et une fois à quai, c’est le grand confort. Ce port est quasiment dévolu à l’accueil des voiliers et tout est fait pour le bien être des équipages : bonnes tavernes abordables, location de véhicules, glace, douches, machine à laver et surtout des habitants vraiment charmants.
nisyris_001-800.jpg Nisyros_003-800.jpg

Mais le reste de l’île ne peut laisser indifférent : la visite du volcan s’impose. Moins effrayant que l’Etna où nous avions pu voir de vraies coulées de lave et où l’air était quasiment irrespirable, mais plus spectaculaire par la forme de ses cratères dans lesquels nous pouvons descendre. Les fumerolles l’odeur persistante de souffre et les mini geysers attestent de son activité. En outre, les paysages et les couleurs, blanche, ocre , rouge et noire sont plus contrastées. Notre balade pédestre matinale , pourtant très ventée parfois , nous a beaucoup plu.
nisyris_034-800.jpg Nisyros_096-800.jpg Nisyros_093-800.jpg Nisyros_074-800.jpg ca-bouillonne-dans-le-cratere.jpg fumerolles-peu-visibles.jpg

Mais il n’y a pas que les cratères qui soient dignes d’intérêt. Partout dans l’île où nos pas nous ont menés, les différentes irruptions ont laissé leurs marques. Chantal est aux anges : elle peut ramasser de beaux spécimens de roches . Une visite au musée volcanique donne des clefs précieuses pour comprendre l’origine de la pierre ponce, de l’obsidienne, du granit…. Nous apprenons que Nisyros se situe sur un arc volcanique qui part d’Egine, passe par Méthana, Milos, Santorin. Cet arc est en lien direct avec la rencontre des plaques tectoniques africaines et européennes. ça bouge la dessous sans arrêt.. Nous nous sentons petits. Nous sommes surpris toutefois que l’observatoire soit fermé et que les outils d’observation soient hors d’usage.
nisyris_022-800_-_Copie.jpg nisyris_016-800_-_Copie.jpg nisyris_023-800_-_Copie.jpg nisyris_018-800_-_Copie.jpg nisyris_019-800_-_Copie.jpg

Mais Nisyros, c’est aussi 1000 habitants à l’année, répartis en 4 lieux. Le bourg principal , à flanc de colline se laisse découvrir quand les bateaux venus de Kos qui déversent des centaines de touristes, essentiellement pour voir mal fait vite fait le volcan, sont absents (entre 12h et 16h). Alors les « Nisyrotes » sont disponibles et accueillants. Pas mal d’entre eux travaillent à la mine à ciel ouvert de pierre ponce , sur l’ile en face. Au dessus de la ville, les ruines du château du 4éme siècle avant JC, celles du fort byzantin et le monastère surplombant une grande falaise de couleur ocre donnent une impression magique.



Nisyros_052-800.jpg Nisyros_019-800_-_Copie.jpg Nisyros_062-800.jpg chateau-de-Mandraki_-_Copie.jpg Nisyros_059-800.jpg rue-un-sens-de-l__esthetique-certain_-_Copie.jpg nisyris_006-800.jpg mandraki-fenetre-fleurs.jpg scene-vie-ordinaire3_-_Copie.jpg scene-vie-ordinaire-2.jpg scene-ordinaire_-_Copie.jpg Nisyros_009-800_-_Copie.jpg mandraki-scene-vie-ordinaire.jpg Nisyros_008-800.jpg Nisyros_017-800_-_Copie.jpg Nisyros_015-800.jpg Nisyros_037-800.jpg




Mis à part Poli,deux autres villages perchés dans la montagne non loin du cratère sont magnifiques. Nous ne nous sentons pas tellement étrangers : une vieille dame de Nikia vient de perdre sa sœur, elle nous offre des chocolats comme à tous ses voisins et nous fait part de son malheur. Le cantonnier nous parle de son travail : quand il a envie il travaille beaucoup, sinon « siga, siga » .Ce jour là ,il avait envie de travailler normalement mais il prend le temps de nous raconter la vie et l’histoire de la contrée…
Nisyros_109-800_-_Copie.jpg Nisyros_124-800_-_Copie.jpg beaucoup-de-maisons-abandonnees-a-Emporios_-_Copie.jpg Nisyros_022-800_-_Copie.jpg nisyris_007-800_-_Copie.jpg nisyris_008-800_-_Copie.jpg nisyris_037-800_-_Copie.jpg Nisyros_128-800_-_Copie.jpg

Dans les campagnes, les innombrables terrasses ne sont plus entretenues depuis la saignée migratoire des années 40 . Les terres d’origine volcaniques sont riches et s’il reste peu de terres céréalières, les troupeaux de vaches en liberté avec leurs veaux occupent une grande part de l’espace agricole. Les bêtes sont visiblement en bonne santé, pourtant il ne reste plus grand chose à gratter en cette saison. Notre séjour de quelques jours, nous permet de rentrer en contact avec des locaux qui se font un plaisir de nous faire découvrir d’autres perspectives de la vie de l’île. Ainsi Nikos , qui tient un petit resto à Pali, intéressé par l’expérience de notre ferme, invite le capitaine du Mayéro dans sa « deuxième maison », dit-il. Dans sa petite exploitation, il y élève des porcs et de la volaille ; il a un joli verger de figuiers, de vignes et autres. Il y cultive également un jardin potager. La terre volcanique blanche est fertile, me dit-il, mais ne convient pas aux agrumes. Il n’a pas l’eau courante , ni l’électricité dans son lieu, mais dans sa pièce unique, il a tout pour vivre , poursuit-il fièrement . Il récupère l’eau depuis son toit terrasse l’hiver et fait venir le camion citerne une fois par an . Dans l’île c’est normal : il n’y a a pas d’eau, dit-il. Il s’éclaire au pétrole. Il y vient au minimum deux fois par jour pour nourrir ses bêtes. Mais l’entretien de ses arbres et les récoltes lui prennent pas mal de temps. Ses porcs sont nourris de caroube, de figues, de son, d’épluchures, de maïs. Une partie de l’année, les bêtes profitent de l’herbe qui a poussé avec les pluies d’hiver. Il soigne un peu plus de vingt porcelets par an. Il les tue et les conditionne lui même pour sa petite auberge quand ils ont atteint un peu plus de 12 mois. Nous avons goûté, la viande est formidable, pas grasse du tout et parfumée. Ensuite il nous fait de nombreux cadeaux ; figues tièdes et marmelade de figues, œufs, origan…
nisyris_025-800_-_Copie.jpg troupeau-bovins-en-liberte.jpg Nisyros_107-800_-_Copie.jpg
nisyris_054-800_-_Copie.jpg nisyris_053-800_-_Copie.jpg nisyris_047-800_-_Copie.jpg nisyris_040-800_-_Copie.jpg nisyris_043-800_-_Copie.jpg nisyris_058-800_-_Copie.jpg