Jour 2 - bien reposés, boissons chaudes dans la salle commune, l’ambiance auberge de jeunesse qui nous entoure nous réveille tranquillement, retour sur la route, champs de maïs - éoliennes - cigognes - pays plat - on s’y sent à l’aise, ouverture des portes allemandes, routes de campagne, briques rouges - maïs - camions, autoroutes sans limitation de vitesse, passage par Hambourg - port de fret - on se faufille entre les grues et containers, changement de cap - plein nord, frontière danoise, le maïs laisse la place aux étendues de blés - les plaines aux collines, Hirtshals - à la pointe nord du Danemark - achat des billets de ferry pour le lendemain en 5 min - une carte d’identité et une carte bleue suffisent - la liberté continue au sein de nos frontières, montage de la tente sous un petit rayon de soleil, choix en aveugle d’un repas dans le pub du port - succulent, bière brune à retenir : la Jacobsen.

Jour 3 - réveil aux aurores, embarquement, arrivée, à tribord une île - sa maison en bois - son quai privé, à bâbord la ville - colorée, premiers tours de roues sur le sol norvégien !, accueil très chaleureux des vieux pour les infos touristiques sur le port de Langesund, partout des maisons en bois colorées toutes mignonnes, à chaque coin de rue des toilettes, achat de produits frais, décision de l’itinéraire autour d’un café, routes sinueuses entre les lacs et bras de mers, quelques tours et demi-tours à la recherche d’un camping sur la côte, installation gratuite face à une petite marina à côté de caravanes ancrées à l’année, bière sur le quai, première cuisine au réchaud à gaz, le gaz nous lâche mais les pâtes finissent de cuire à l’étouffée.

Les couleurs norvégiennes Partout des maisons rouges et blanches Détail port La côte sud et ses villes aux murs blancs Détail sur le port

Jour 4 - annulation du périple vers Lyngor - la petite Venise du coin - pour une rando sur le bord de mer, 3h de sentiers odorants - monts rocheux pour panoramique sur les îles - clairières enchanteresses - petit cerf et petite belette - maisons perdues entre terres et mers, la douche nous manque - il pleut sans discontinuer depuis 2h à grandes eaux - le matos électrique doit être rechargé - ce soir c’est hôtel!, sauts de puces entre réception pour demander le tarif - toujours hors de prix, et la pluie, et la pluie, en espérant qu’il tombe toute l’eau de ces trois prochaines semaines !, retour à la case départ au Yess Hotel - le moins cher des très chers hôtels du coin, douche chaude - bouillante pour certaine, resto Ocologyst - calme - mignon - soupe et hamburger végétariens super bons - à l’abris des grosses rafales et trombes d’eau, tous les appareils chargent et le wifi permet l’échange de news, extinction des feux foudroyant.

Un vison, curieux et mignon Des verts flamboyants dans les clairières des sous-bois

Jour 5 - tour du cadran sous la couette moelleuse, estomac rempli du buffet du petit déjeuner de l’hôtel, prévisions de pluie pour la semaine complète, prêt à rechercher un point d’attache pour bouquiner au chaud et tenter quelques randos pendant les éclaircies, visite de Kristiansand, faux airs de La Rochelle, une église très animée par un groupe de jeunes - mieux qu’un concert, des moineaux adorables, retour sur l’E39 à 80 km/h, descente sur Lindesnes - le phare le plus au sud de la Norvège, des garages de bateaux toujours aux couleurs locales - rouge pourpre et soulignement des ouvertures en blanc, partout des pontons - des quais - il y a plus de bateaux que de norvégiens - c’est certain, petit crapahutage autour du phare, la pluie revient - repart, recherche d’un spot à camping sauvage - la note salée de l’hôtel n’a pas encore tout à fait été digérée, grosse envie d’avoir un petit camion aménagé à l’avenir pour faciliter le couchage, on hésite - à 100m à pied sur un chemin - entre les blocs rocheux - un coin plat - dur mais plat - OK c’est parti, on profite d’une accalmie - 2 caisses d’équipement - les sardines sont dures à enfoncer - on renforce avec de grosses pierres - c’est prêt, il pleut et vente par rafales violentes, comme sur un bateau - on somnole à peine par quart d’heure jusqu’à 2h - les aménagements sardines/pierres ne suffisent pas - ça dérape - on renforce une fois - deux fois - un vrai château fort, la tente subit un vrai crash-test et nous avec, la prochaine fois on évitera les couloirs de vents des hauteurs - promis !

Conciliabule… Jeu de couleur Détail sur le port Jeu de nuance Ville du sud Hangars à bateaux Petites contributions A la pointe sud, sous une éclaircie Camping sauvage au milieu des amas rocheux

Jour 6 - 5h50 - c’est réussi ! tous les deux réveillés - le vent et la pluie ont cessé - le sourire et le moral au beau fixe - on en profite on démonte, bien nous en a pris car l’opération se clôt sous la pluie qui reprend de plus belle, les routes serpentent de nouveau dans le Magma parc entre amas rocheux - petits lacs et côtes attaquées par des moutons d’écume, on remonte maintenant vers le nord - direction Preikestolen - un à-pic de 600m sur un fjord - une des attractions phares du pays - sous la pluie, aucun café ouvert - dommage, au camping proche on décide finalement de replanter la tente et profiter du bâtiment principal pour se réchauffer - bouquiner et jouer.