Mais en septembre, nous sommes généralement partis… Il a fallu les hasards du calendrier et une invite surprise de Robert et Zouzou pour que nous puissions enfin assouvir notre curiosité… Premières impressions: un monde fou fou, des stands partout pendant des kilomètres. Tout le gratin des bonimenteurs, des baratineurs, des brocanteurs se sont donnés rendez vous. Mais nous n’étions pas venus pour cela mais pour le marché aux chevaux. Et c’est réellement impressionnant: passer entre les bêtes et les gens passablement excités, écouter les vendeurs venter les mérites de leur bête, les acheteurs négocier les prix, vaut le détour… Le marché aux chiens et aux oiseaux est bon enfant, même si les nouvelles règles de “traçabilité et sanitaires” ont quelque peu enlevé le charme d’antan . Les vaches et surtout les normandes sont choyées dans une immense étable et là encore le passage entre les rangées de bêtes peut s’avérer sportif. Les odeurs de saucisses et d’agneau grillés sont entêtantes et font saliver plus que de raison, la foule est supportable parce que tout se passe dehors et qu’il ne faisait pas trop chaud… Mais Daniel qui nous a rejoint nous a conseillé la foire de Gavray, millénaire , elle aussi, où le marché aux chevaux et au bestiaux est encore plus impressionnant: seul hic c’est en octobre et à cette époque nous avons migré… tant pis, il reste l’espoir secret que nous pourrons la découvrir un jour. En attendant que vous puissiez vous y rendre profitez de ces quelques instants partagés.