• Et tout d’abord l’extension du hangar pour abriter les remorques et autres matériels agricoles: avec Nico nous avons repris les gabarits que nous avions tracés il y a quelques années à l’instar de ceux qui servaient dans les chantiers navals. Deux semaines plus tôt j’avais préparé l’emplacement et dressé les plots en béton avec Philippe. En moins de deux jours l’affaire était entendue: construction de la ferme, raccordement avec le bâtiment existant et pose du toit. Efficace et plutôt réussi.

nous utilisons l'ancien gabarit assemblage-de-la-ferme.jpg Chantal vient nous soutenir Nous raccordons la nouvelle charpente au bâtiment existant

  • Ensuite l’épandage du fumier. J’ai fait l’acquisition d’un vieil épandeur pour profiter enfin des bienfaits de cet or noir indispensable au maintien de nos champs. Il nous a fallu une journée pour le rapatrier à Ravent car le vendeur habite à plus de 40 km de notre ferme…

Ensuite avec l’aide de Nico j’ai engraissé près de 2 hectares avec 25 tonnes de bon fumier. Philippe en bon mécano agricole est intervenu plusieurs fois pour réparer. J’ai failli couler avec la remorque dans un fossé. Mais globalement je suis heureux de cette acquisition qui évitera l’emploi d’engrais chimiques.

D'abord charger la bestiole Nico me relaie: il faut de la technique 5 tonnes à chaque chargement Il ne reste plus qu'à épandre

”Après plusieurs heures de nettoyage de l’épandeur je passerai une couche de protection fuel-huile pour le garder le plus longtemps possible. Mais Philippe aura encore du travail cet hiver pour le remettre parfaitement en état en vue de l’été prochain. ”

  • en troisième lieu nous avons posé avec Nico, Phil et Céline un beau béton sur hérisson à l’arrière de la maison. La première partie est réalisée, la seconde sera faite cet hiver! Je pourrais alors fermer le tout avec des fenêtres et portes de récupération. Ainsi nous aurons un beau lieu de stockage et d’entretien des machines et des meubles de jardin.

Préparation et mise en place du hérisson Céline se fait de gros bras Pas moins de 10 grosses bétonnières pour cette première partie Philippe assure le lissage

  • Enfin pour clore cette magnifique série nous nous sommes engagés dans le remaniage d’un des versants du toit de la grange: près de 30 mètres de long, 3000 ardoises à manipuler, des échafaudages à déplacer régulièrement, 4 jours de boulot plein sans compter le travail sur les gouttières… La toiture avait 55 ans et les agrafes en galva avaient fait leur temps : nous avons du les changer contre des crochets en inox. Une belle oeuvre collective raventaise avec le soutien technique de Gégé. L’année prochaine, nous ferons l’autre moitié.

Et c'est parti... l'ampleur du chantier... remarquez l'enclume pour tailler les ardoises Heureuses... et c'est bientôt la fin