Nous sommes remontés assez vite dans le nord-ouest de la Bulgarie, car nous savions que le mauvais temps allait sévir et nous cherchions à nous rapprocher de la Roumanie où les conditions climatiques sont en général meilleures. Voyage un peu rapide et donc trop superficiel mais les impressions sont bonnes.

Paysage vallonné avec charette a freinRecolte du mais: rien n'est perdules gorges del'Iskarles gorges de l'Iskarle seul monastere que nous ayons visite (il y en a plein d'autres...)icone ancienne

Apres plus de 2 jours de pluie ininterrompue, trempés , mouillés et fourbus nous quittons , à regret, notre camping sous les bois de Belogradvich. Nous n'avons pas l'équipement pour résister à un tel déluge et la tente de toit devient très humide à l'intérieur après une trentaine d'heures. C'est vraiment dommage car cette region est extraordinaire et les quelques images que nous avons pu voler pendant les périodes calmes devraient vous en convaincre. Seule consolation à cette humidité ambiante, les salamandres étaient de sortie. Espèce en voie de disparition en France , elles sont bien visibles dans ce pays où nous reviendrons avec plaisir.

Nous avions pourtant sorti le grand jeu contre la pluiedes rochers rouges de toutes les formes!paysage feerique dans la pluietoutes formesil en reste des centaines à découvriril en reste des centaines à découvrirDes salamandres a foison

La Bulgarie nous a réservé de belles surprises: des paysages somptueux, des villages de montagne magnifiques, des fontaines un peu partout le long des routes, des chevaux en liberté avec des clochettes, des attelages partout, une population avec laquelle nous avons eu des contacts très sympas. Même si la plupart ne nous a donné des explications qu'en bulgare à toute vitesse sans trop de gestes, elle a pris souvent le temps de bien nous informer voire de nous accompagner. La cuisine est plutôt bonne et variée. Les prix pratiqués ici ne sont pas très élevés pour un français mais il ne faut pas oublier que le salaire d'un ouvrier tourne aux alentours de 150 euros. Dans les endroits "touristiques" , la vie n'est pratiquement pas plus chère qu'ailleurs et les centres d'informations touristiques font bien leur travail.Il y a beaucoup d'endroits prévus pour les pique-nique. Beaucoup de sentiers de randonnées pédestres, VTT... Par contre, les infrastructures restent très inégales: ainsi les routes, même les principales peuvent cacher de très beaux nids de poule voire gros trous; beaucoup de villages et villes paraissent tristes car les maisons ne sont pas ravalées et c'est bien dommage quand on voit la manière dont certains jouent avec les couleurs; une partie de la population est vraiment très peu favorisée notamment les Roms et ceux qui vivent dans les immeubles collectifs; à coté de cela il y a les nouveaux riches en BMW ,4X4 et autres , les banques fleurissent, les tares télévisuelles avec pubs et séries médiocres envahissent les cafés et restaurants; les marques telles Coca Cola s'implantent partout. Le problème des poubelles n'est pas résolu surtout en campagne et dans les aires de pique-nique et c'est bien dommage!

Au revoir donc la Bulgarie , la Roumanie se trouve sur l'autre berge du Danube pas très bleu à cet endroit et avec ce temps encore un mythe qui disparaît . Ah mon beau Danube gris!!!